La cité des chimères de Vania Prates – Un voyage dans un Londres chimérique !

Editions Snag – Année 2019
448 pages

Vania Prates est une auteure que j’ai appris à connaître grâce aux éditions Charleston durant mon année de lectrice en 2018.
Dans son roman « Fille de bohème », l’autrice mélangeait déjà savamment un style contemporain avec une pointe de fantastique. Ici, Vania Prates allie à nouveau deux genres différents et pourtant complémentaires : la dystopie et la fantasy.
Je remercie les éditions Snag pour l’envoi de ce service presse.

Le monde tel qu’on l’a connu a disparu. Chaos, misère, famine … Les Hommes ont enfin trouvé un équilibre et se sont organisés en guildes, guidé par leur chi, leur nature profonde. Guilde des Marchands, des Inventeurs, des Alchimistes, des Gardiens ; tous demeurent fidèles à ce qu’ils sont afin de vivre en harmonie avec la nature et les animaux particulièrement respectés, créant une cité semblable à une ville sylvestre.
Dans ce monde proche de l’utopie, Céleste, une jeune fille de 17 ans, n’a pas de chi. Le jour où elle rencontre Calissa, mystérieuse contrebandière, elle est loin de se douter qu’elle va se retrouver embrigadée bien malgré elle dans une histoire complexe qui même non seulement le dirigeant de Lowndon Fields, mais également la très redouté « Confrérie des Sans-loi ».
Entre ruse, savoir, intrigues et faux-semblants, Céleste va devoir changer sa vision du monde.

Les années ont passées et le monde ne ressemble plus à ce que l’on connaît aujourd’hui. L’humain a conduit le monde à sa destruction, et la Terre a tout simplement repris ses droits. La population restante est divisée en différentes guildes selon la nature profonde de chaque individu. Il y a les gardiens, les alchimistes, les immergeants et les chiméristes. 

Céleste est une jeune femme de dix-sept ans qui travaille pour la boutique familiale. Alors qu’elle faisait une livraison pour la boutique, Céleste croise la route de Calissa, la mystérieuse contrebandière. Cette rencontre va changer irrémédiablement sa vie.

Physiquement et psychologiquement, la semaine dernière a été épuisante. Est-ce dû à la fatigue ou au manque de sommeil, mais plonger dans l’univers de Vania Prates m’a été quelque peu difficile. Je me suis retrouvée plusieurs fois en manque de repère dans cet univers dense.
À cela s’ajoute une introduction lente. Je me suis malheureusement ennuyée dans la première partie du roman.

Cependant, cette dystopie fantastique a de quoi intriguer. Et certains éléments de « La cité des chimères » sont assez magiques. J’ai adoré la construction en labyrinthe de la cité, de la magie qui se cache derrière ses murs.

Les personnages sont bien construits. Céleste est une jeune femme attachante qui trouve petit à petit une place dans le monde dans lequel elle vivait autrefois en marge. Calissa et sa bande forme une famille à laquelle on a tout de suite envie d’appartenir malgré le doute qui plane dès le départ sur leurs intentions.

La deuxième partie du roman m’a intrigué, et je suis assez curieuse de voir ce que l’univers dystopique nous réserve.

Retrouvez le roman sur Amazon !


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s