The Jewel, Tome 1 : Le joyau de Amy Ewing – Un titre à la hauteur de son contenu

Collection R (Robert Laffont) - Année 2014 452 pages
Collection R (Robert Laffont) – Année 2014
452 pages

Depuis que la couverture du Joyau a été révélé, je n’avais qu’une seule envie : le lire! C’est surement mon coté princesse qui s’exprime lorsque je tombe en admiration devant une aussi belle robe de princesse. Cela m’avait fait le même effet devant les couvertures de la saga « La sélection ». La couverture a réussi à attirer mon attention et le résumé à fait le reste, me convaincre de le lire!

Qui dit Joyau dit richesse. Qui dit Joyau dit beauté. Qui dit Joyau dit royauté. Mais pour les filles comme Violet, le Joyau est avant tout synonyme de servitude. Et pas n’importe quelle servitude : Violet est née et a grandi dans le Marais avant d’être formée dans l’optique de devenir Mère-Porteuse pour la royauté. En effet, au sein du Joyau, la seule chose qui prime sur l’opulence et le luxe, c’est la descendance…
Achetée par la Duchesse du Lac lors de l’Enchère des Mères-Porteuses, Violet est accueillie par une gifle. Désormais connue sous l’appellation #197, elle va rapidement découvrir la brutale réalité qui sous-tend l’étincelante façade du Joyau : cruauté, trahisons et violence sourde sont les méthodes de la royauté.
Violet doit accepter ce sinistre quotidien… et tâcher de rester en vie. Mais c’est alors que naît une romance interdite entre elle et un séduisant jeune homme, loué pour servir de compagnon à la nièce aigrie de la Duchesse. Bien que la présence de ce dernier vienne illuminer le sombre quotidien de Violet au coeur du Joyau, les conséquences de leur relation illicite vont dépasser ce qu’ils redoutaient…

Si dès le début, la blogosphère a fait le rapprochement avec la saga « La sélection » aussi bien sur la couverture que sur le résumé. J’ai vu dans ce dernier un certain potentiel et je n’ai absolument pas été déçu! La lecture a été à la hauteur de mes attentes.

 S’il y a bien une chose que j’aime en plus de la romance historique, ce sont les univers dystopiques. Je ne pouvais donc pas résister bien longtemps surtout que ce résumé me faisait penser à un film que j’avais beaucoup apprécié « Bienvenue à Gataca » où le destin des gens est déterminé par leur ADN.

Violet est une jeune fille qui a sa vie déjà toute tracée et sur laquelle elle n’a aucun contrôle. J’ai trouvé son personnage tout à fait attachant car bien qu’elle remette certaines choses en questions, elle n’agit pas sur un coup de tête et ne se rebelle pas à tout bout de champ. Elle sait faire profil bas afin d’observer et ne pas être inquiétée. Bien sur, il fallait bien que l’amour s’en mêle, autrement où aurait été le frisson?
Elle rencontre donc l’amour dans la personne de Ash et mise tout dessus. Malheureusement, la jalousie jouant, les choses ne se passent pas aussi bien que prévu. J’ai beaucoup apprécié le personnage de Ash et je pense qu’il jouera un grand rôle dans le second tome mais pas aussi important que Garnet, en qui je place beaucoup d’espoir. Il a réussi à piquer ma curiosité dès le départ avec sa personnalité atypique et à contre courant par rapport aux autres personnages du livre.

Ce premier tome met en place de façon très didactique l’univers dystopique et pour ceux qui ne seraient pas habitué à ce genre littéraire, il n’y a vraiment aucun problème de compréhension. Pour ceux qui connaissent un peu l’univers des dystopies, ici rien de bien originale mais tout fonctionne. Contrairement à Hunger Games ou Divergent, Amy Ewing n’a pas misé sur l’action et je trouve ça très agréable. Cela change et l’auteure n’essaie pas de copier les dystopies qui ont eu un grand succès précédemment.

L’histoire et les évènements sont bien menés et l’écriture très agréable à lire. La dystopie est écrite du point de vue de Violet et uniquement Violet. J’aimerais vraiment qu’on est le point de vue d’autres personnages afin de mieux comprendre l’agencement de la société.
Je n’ai pas réussi à reposer mon livre une fois que j’avais commencé. Et cela me fait plus que plaisir en ce moment d’enchaine les bonnes lectures alors que mon rythme diminue. Espérons que ça va durer comme ça un bon moment!

Je n’ai pas fait de ce tome un coup de coeur car je veux laisser une marge de progression à la saga, et j’espère être agréablement surprise avec le tome 2. Malheureusement, il va falloir attendre un an avant la sortie de ce second tome puisque la collection R a programmé la sortie pour septembre 2015. L’attente sera donc longue….

 Notes Très bonne lecture

Publicités

6 réflexions sur “The Jewel, Tome 1 : Le joyau de Amy Ewing – Un titre à la hauteur de son contenu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s