Des jours et des vies de Gill Paul – Un fantasme bien vivant !

Editions Charleston – Année 2018
436 pages

La Russie est un pays qui m’a toujours intrigué. Derrière le froid glacial, et les grandes étendues désertiques se cache une histoire riche et pleine de mystère. Je l’ai découvert petite grâce au dessin animé de la Fox de 1997 «  Anastasia » – que je regarde présentement en écrivant cette chronique – puis très vite, le film « Le Docteur Jivago » est devenu un de mes classiques cinématographiques – Omar Sharif y est absolument irrésistible.
L’histoire des Romanov, la dernière famille impériale de Russie, ne peut que piquer la curiosité. Cette famille riche qui a concentré tous les pouvoirs pendant des siècles a connu une descente impitoyable aux enfers dès l’entrée de la Russie dans la Première Guerre mondiale. Et le massacre ayant eu lieu à Iekaterinbourg en juillet 1918 a fait naître les plus grands fantasmes du XXe siècle sur la possibilité qu’au moins un membre de cette illustre famille ait pu survivre.
Gill Paul avec « Des jours et des vies » maintient ce fantasme bien vivant alors que l’on va fêter le centenaire de l’assassinat des Romanov.

La Russie est au bord de la rébellion, et la famille impériale, les Romanov, fait face à un futur tout aussi terrifiant qu’incertain. La Grande Duchesse Tatiana est tombée amoureuse d’un officier de cavalerie, Dmitri, mais les événements vont mettre à mal leur relation naissante – ainsi que leurs vies…
2016
Après avoir découvert l’infidélité de son mari, Kitty Fisher quitte Londres pour partir se réfugier dans le chalet de son arrière-grandpère, aux États-Unis. Là, sur les rives du lac Akanabee, elle découvre un magnifique bijou qui va lui permettre de découvrir un secret de famille longtemps caché…
L’épouse cachée est un roman qui traverse les siècles, offrant à ses lecteurs une inoubliable histoire d’amour, de perte et de résilience, dans la lignée des romans de Kate Morton et Dinah Jefferies.

Dimitri est un jeune soldat qui a été blessé dès le début de la Grande Guerre. Éloigné du front, il est soigné dans un hôpital de Saint-Pétersbourg où officie en tant qu’infirmière la tsarine et les grandes duchesses en âge de côtoyer les blessés. En seulement quelques semaines, Dimitri tombe éperdument amoureux de la princesse qui lui rend ses sentiments. Malheureusement, très vite il est renvoyé sur le front russe où les Allemands les battent à plat de couture. La Russie mal préparée se bat avec des armes d’un autre temps alors que l’Allemagne possède une force de frappe impressionnante. Face à cette hécatombe, la révolution gronde. L’année 1917 va non seulement bouleverser la Russie, mais également le monde.
En 2016, Kitty se réfugie dans le chalet de son arrière-grand-père au fin fond des États-Unis après avoir appris la trahison de son mari. Kitty, en s’isolant, va apprendre un secret qui pourrait bien changer l’histoire à jamais.

L’histoire se déroule entre passé et présent. Et si en ce moment, je regrette que les romans historiques utilisent ce schéma récurrent pour mettre en avant la grande Histoire. Je me suis félicitée de retrouver ce plan, car les passages survenant au présent permettent au lecteur de respirer face aux innombrables évènements funestes que vivent Dimitri et Tatiana.

L’amour entre Dimitri et Tatiana est épique et j’en viens à regretter que cela ne soit pas une réalité, car leur histoire est aussi belle et dramatique que celle de Roméo et Juliette. Ces deux personnages sont faits pour être ensemble malgré toutes les épreuves qui se mettent en travers de leur chemin et lorsqu’enfin Tatiana retrouve Dimitri, mon coeur s’est serré de bonheur.

En lisant le roman, je ne m’attendais pas à une telle fin, car à l’image du Titanic, je savais ce qui allait arriver à Tatiana. Je savais quand l’iceberg frapperait le bateau mettant fin à la relation passionnée de Dimitri et Tatiana. 

Dès les premiers instants, je me suis prise d’affection pour ces héros que tout oppose. Et malgré le sort funeste de la grande duchesse, je rêvais que Dimitri puisse retrouver un équilibre de vie, ne serait-ce qu’en compagnie d’une nouvelle femme qui arriverait à lui faire oublier son grand amour.
Cependant, l’auteure n’a pas cherché en réécrivant l’histoire à faire de ces personnages des héros parfaits. 

Gill Paul décrit Dimitri comme un grand auteur, et j’aurais aimé que cette partie de sa vie ne soit pas inventé pour pouvoir lire ses écrits qui semblent appartenir à la grande tradition des écrivains romantiques russes tels que Dostoïevski, Tolstoï et Pouchkine.

Tout au long du roman, on ressent l’amour et la passion de Gill Paul pour la famille Romanov. L’auteure réécrit l’histoire, mais sans porter au nu un Tsar qui a commis des erreurs politiques qui ont conduit sa famille à la potence. Donner une chance à Tatiana est une façon de faire connaître cette princesse méconnue qui a vu son histoire oublié au profit de sa petite soeur Anastasia.

L’auteure ne m’a fait aimer que davantage ce pays. En refermant le roman, je me suis sentie atteinte d’une certaine mélancolie, à l’image de Dimitri éloigné de son pays natal. 

Les initiés comprendront quand « Les barbus cris et les chauve souris ».

Retrouvez le roman sur Amazon !


8 réflexions sur “Des jours et des vies de Gill Paul – Un fantasme bien vivant !

  1. Oh super ! J’ai prévu de le lire la semaine prochaine justement, et j’ai encore plus hâte maintenant. Quand j’ai vu « Romanov » je me suis jetée dessus tant je suis intriguée par ce fantasme, généré par Anastasia pour ma part ^^

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s