The promised neverland, Tome 1 de Kaiu Shirai et Posuka Demisu – Mon premier shônen !

Editions Kazé (Shônen) – Année 2018
192 pages

Depuis quelques semaines, je vois partout la série « The Promised Neverland » sur Instagram, Twitter et Facebook. Les critiques ne sont qu’élogieuses ce qui m’a donné très envie de découvrir à mon tour cette saga de manga qui remporte un franc succès.

Emma, Norman et Ray coulent des jours heureux à l’orphelinat Grace Field House. Entourés de leurs petits frères et sœurs, ils s’épanouissent sous l’attention pleine de tendresse de « Maman », qu’ils considèrent comme leur véritable mère. Mais tout bascule le soir où ils découvrent l’abominable réalité qui se cache derrière la façade de leur vie paisible ! Ils doivent s’échapper, c’est une question de vie ou de mort !

Avant commencer ma chronique sur le manga en lui-même, il faut savoir que les éditions Kazé proposent deux couvertures pour ce premier tome. L’une est l’originale créée par Posuka Demisu où l’on retrouve les traits caractéristiques des personnages de l’histoire avec des indices sur l’univers ombre. Et l’autre est une création de Benjamin Lacombe avec son trait de crayon si particulier. J’ai immédiatement retourné la jacket pour avoir l’illustration de Benjamin Lacombe.

Dès les premières pages, le mangaka Kaiu Shirai plante le décor de son univers qui promet d’être très intense. Choisir l’orphelinat comme lieu n’est pas original et c’est donc la manière d’utiliser ce lieu qui est la plus importante, et pour ce premier tome, je ne suis absolument pas déçu. L’orphelinat « Grace Field House » dans lequel se trouvent Emma, Norman et Ray a tout de l’endroit idyllique pour les jeunes enfants en mal d’amour.
Les orphelins forment une fratrie, une famille. Ils s’aiment, jouent ensemble, grandissent et finissent par partir. La seule adulte présente à l’orphelinat est « Maman » qui couve les enfants d’attention. Toutefois, les apparences sont trompeuses.

Les apparences sont en effet trompeuses. Lorsque j’ai vu ce manga partout, je pensais que l’histoire allait être mignonne. Je me trompais lourdement, et cela a été pour mon plus grand plaisir. Les dessins des personnages sont beaux et agréables. Ils tranchent avec le dessin des vilains plus saccadé. J’ai aimé prendre du temps pour les regarder et les analyser, car ils sont source de nombreuses informations.

Kaiu Shirai et Posuka Demizu travaillent de concert pour créer une ambiance anxiogène véritablement fascinante. Je me suis prise d’affection en quelques instants du personnage d’Emma, l’héroïne idéaliste, de Norman, le stratège de l’équipe et de Ray, le réaliste.
Conscient de ce qu’il se trame à l’orphelinat, ils vont mener l’enquête et monter le plan parfait afin de s’évader. Une course contre la montre s’engage alors et l’on suit leur aventure avec avidité.

Maintenant, je n’ai plus qu’un mot à dire : où est la suite !

Retrouvez le manga sur Amazon !

Publicités

2 réflexions sur “The promised neverland, Tome 1 de Kaiu Shirai et Posuka Demisu – Mon premier shônen !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s