Outlander, Tome 3 : Le Voyage de Diana Gabaldon – Un tome de transition interminable !

Editions J’ai Lu – Année 2015
1013 pages

Le 11 septembre prochainencore deux petits jours -, sort la tant attendue troisième saison de la série TV Outlander sur Netflix. Afin de pouvoir regarder la suite des aventures de Claire et Jamie dès sa sortie, il me fallait lire la troisième intégrale.
Attention, la chronique peut contenir des spoilers.

Vingt ans après avoir été inexplicablement ramenée en plein coeur du XVIIIe siècle, dans une Écosse à feu et à sang qui luttait pour son indépendance contre l’éternel ennemi anglais, Claire Randall n’est jamais parvenue à oublier Jamie Fraser. Les années qu’elle a vécues à ses côtés demeurent pour toujours gravées dans sa mémoire. Aussi, apprenant qu’il a survécu, elle voyage de nouveau dans le temps et retourne dans ce passé chargé de souvenirs et d’émotions, prête à braver tous les dangers pour tenter l’impossible : retrouver Jamie.

Vingt ans… Vingt années se sont passées depuis la bataille de Culloden. Claire a consenti au souhait de Jamie de retourner dans son époque afin de mettre au monde leur enfant en toute sécurité. Les années passent sans que Claire puisse oublier Jamie qu’elle voit dans les yeux, les cheveux et les gestes et le comportement de sa fille. À la mort de Frank, Claire et Brianna partent en Écosse et retrace le parcours de Jamie après Culloden.

Retrouver les personnages de Claire et Jamie vingt ans après le second tome est très perturbant. Il m’a été assez difficile de m’imaginer les héros vieillis. L’identification aux personnages s’est complexifiée et a eu pour conséquence de créer une barrière supplémentaire entre moi et le récit.

Je ne sais pas si Diana Gabaldon écrit ses romans à la main, mais j’ose espérer que non, car l’auteure doit finir les doigts en sang avec une tendinite aiguë au poignet à force de noircir et noircir des milliers de pages blanches. Plus de 1000 pages pour ce troisième opus, une vraie brique qui pourrait servir de bois de chauffage tellement le roman est dense. Malheureusement, le sentiment de lourdeur n’est pas une conséquence du poids de l’objet, mais il est le corollaire direct du récit.

Durant la première partie du roman, nos héros sont séparés. On assiste à la quête frénétique de Claire, Brianna et Roger pour retrouver la trace du fameux Gribonnet. En parallèle, on découvre progressivement ce qui est arrivé à Jamie après Culloden. Et il faut avouer que sa vie n’a pas été facile ni de tout repos. Je n’avais qu’une hâte pendant toute cette partie, c’était d’enfin assister aux retrouvailles du couple. Coeur de guimauve un jour, coeur de guimauve toujours !
J’ai lu cette première partie – près de 350 pages – de façon détachée. Il m’était impensable que le couple presque mythique soit divisé pendant tout ce temps. Et lorsqu’ils se retrouvent enfin leurs retrouvailles sont si rapides qu’il m’a manqué un peu de sentiments. Je me demanderais éternellement pourquoi Diana Gabaldon n’a pas laissé respirer nos deux héros quelques minutes avant de les embarquer dans de folles aventures.

Finalement, je me suis retrouvé noyé sous une tonne d’évènements, de rebondissements qui n’avaient ni queue ni tête. Toutefois, ce qui m’a choqué le plus est le comportement presque irrationnel de Jamie. Je comprends que pendant vingt ans il a essayé de vivre sa vie sans Claire, mais pourquoi en faire autant de cachotteries alors même qu’il prétend que leur relation repose sur une confiance totale. Je suis restée en retrait des évènements et des personnages suivant leurs péripéties que parce que la plume de Diana Gabaldon arrive à me scotcher du début à la fin malgré les longueurs et les incohérences.

J’ai vécu cette lecture comme un tome de transition qui permettait de mettre à plat certains éléments afin de mieux enchaîner sur l’intégrale 4 « Les tambours de l’automne ».
Et malgré cette déception, j’ai hâte de connaître la suite des aventures de Claire et Jamie grâce à la fin qui laisse le champ des possibles ouverts.

Retrouvez le roman sur Amazon !


8 réflexions sur “Outlander, Tome 3 : Le Voyage de Diana Gabaldon – Un tome de transition interminable !

  1. Ah dommage ! J’ai un peu moins aimé ce tome que les précédents, comme toi j’ai trouvé Jamie irrationnel et certains de ses choix m’ont fait graaaaandement soupirer (un peu de jugeotte que diable !). Par contre, même si je n’avais qu’une hâte, qu’ils se retrouvent, la partie où ils sont séparés m’a captivée.
    Le T4 est le prochain que je dois lire !

    Aimé par 1 personne

    1. À la fin du tome 3, je n’avais qu’une envie celle de me jeter sur le tome 4 malgré ma déception. Comme quoi…
      Je suis vraiment passée à coté de la psychologie des personnages. Maintenant, il faut trouver du temps pour le 4 qui est encore plus gros!

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s