Le clan des Otori, Tome 2 : Les neiges de l’exil de Lian Hearn – Mise en place de la mythologie !

Editions Gallimard - Année 2003 340 pages
Editions Gallimard – Année 2003
340 pages

Le clan des Otori est une saga phare de mon adolescence au même titre que Harry Potter ou le Seigneur des anneaux. La fantasy médiévale et surtout la fantasy en général est un genre littéraire que j’apprécie énormément. Bien que je n’en lise pas beaucoup dans l’année. Je pense d’ailleurs que c’est par paresse intellectuelle. C’est un genre qui demande un peu de réflexion, d’imagination et de concentration. J’espère cette année prendre plus de temps pour lire de la fantasy ou même de science-fiction. J’aime ce genre depuis l’adolescence grâce notamment à Lian Hearn. En début d’année 2016, j’ai entamé la relecture du Clan des Otori et il était temps que je relise enfin le tome 2.
Attention, cette chronique peut contenir des spoilers.

Dans le Japon féodal du XIVe siècle, la guerre des clans fait rage. Sur les montagnes, les premières neiges viennent de tomber et Takeo, seul héritier de la puissante famille des Otori (après la mort de son maître Shigeru), a promis de rejoindre la Tribu, renonçant à la fortune et au pouvoir. Guerrier courageux, prêt à affronter les pires dangers et à assumer les plus lourds sacrifices, Takeo n’en est pas moins homme. Le souvenir encore brûlant de la mystérieuse Kaede – celle qu’il aimerait tant épouser – hante encore son cœur et son esprit. Mais la belle doit elle aussi suivre son destin et sa vie ressemble à un long combat sans répit pour retrouver sa liberté et cesser d’être un objet de convoitise dans un cruel monde d’hommes.

Takeo et Kaede se sont à peine trouvés qu’ils sont déjà obligés d’emprunter un chemin différent l’un de l’autre. Bien des choses ont changé depuis l’assassinat de Sire Shigeru et le renversement du guerrier Iidia. Le pays, les clans doivent se reconstruire et former de nouvelles alliances afin de pouvoir affronter l’hiver qui arrive.
Kaede repart sur ses terres natales en ayant peur de ce qu’elle y trouvera. Quant à Takeo, il est déchiré entre son affiliation au clan Otori, et la Tribu qui ne lui laisse aucun choix.

Après les évènements mouvementés du tome 1, il était nécessaire de faire une légère pause dans le récit. Et d’ailleurs, ce deuxième tome est beaucoup plus tranquille et reposant. Je qualifierai même « Les neiges de l’exil » de roman contemplatif. Lian Hearn a fait le choix de suivre le rythme de la nature afin que nos héros puissent réfléchir à tête reposer et choisir la meilleure stratégie. Dans « Le silence du Rossignol« , Takeo et Kaede étaient guidés dans leur quête par leurs mentors, maintenant décédés. Ils doivent donc trouver leur voie par eux-mêmes et embrasser la destinée qui aurait dû être la leur depuis le début.

La lenteur du récit pourra en décourager plus d’un, mais je leur conseille de persévérer. Il est important pour la suite du récit que Lian Hearn établisse les bases et creuse plus en profondeurs la mythologie du Pays du Milieu médiéval. Il faut dire que Takeo et Kaede font face à des choix impossibles, et les décisions ne peuvent pas être prises sans être mûrement réfléchies.

Une fois encore, j’ai adoré l’évolution du caractère des personnages. Kaede essaye tant bien que mal de sortir du carcan imposé aux femmes de l’époque. Kaede ne veut pas seulement être une épouse obéissant à son mari. Elle a l’âme d’une guerrière et souhaite revendiquer les terres reçues en héritage par Dame Maruyama. Elle va se battre bec et ongles contre les hommes et le premier sera son père. Takeo, au début du tome, est complètement perdu. Il subit une vie qu’il a été forcé de choisir. Et c’est seulement une fois qu’il aura choisi sa destinée même au péril de sa vie qu’on retrouvera le courageux Takeo du premier tome.

Je conseille cette saga à tous ceux qui souhaite découvrir la fantasy. Lian Hearn possède un style d’écriture fluide et magique qui fera voyager le lecteur même novice dans ce Japon médiéval.

Retrouvez le roman sur Amazon

Notes Un bon moment de lecture


4 réflexions sur “Le clan des Otori, Tome 2 : Les neiges de l’exil de Lian Hearn – Mise en place de la mythologie !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s