Les Fauves de Ingrid Desjours – La bête est née!

Collection La bête noire (Robert Laffont) - Année 2015 448 pages
Collection La bête noire (Robert Laffont) – Année 2015
448 pages

« La bête noire » est la nouvelle collection tant attendue de polar/thriller des éditions Robert Laffont. J’ai eu la chance grâce à une masse critique Babelio de pouvoir lire une de leur première parution.
Ingrid Desjours est une auteure que je ne connaissais pas mais qui m’intriguait beaucoup depuis sa trilogie « Kaleb » publiée sous un pseudonyme. Et lorsque j’ai lu le résumé en adéquation avec l’actualité, ma curiosité n’a fait qu’un bon!

« Torturez-la ! Violez-la ! Tuez-la ! » À la tête d’une ONG luttant contre le recrutement de jeunes par l’État islamique, l’ambitieuse Haiko est devenue la cible d’une terrible fatwa.
Lorsqu’elle engage Lars comme garde du corps, le militaire tout juste revenu d’Afghanistan a un mauvais pressentiment. Sa cliente lui a-t-elle dit l’entière vérité sur ses activités ? Serait-ce la mission de trop pour cet ancien otage des talibans ?
Dans cet univers ou règnent paranoïa et faux-semblants, Haiko et Lars se fascinent et se défient tels deux fauves prêts à se sauter à la gorge, sans jamais baisser leur garde.

Cette collection nous promet quelques frayeurs, des nuits écourtées et pourquoi pas une ou deux insomnies. Et ce premier opus remplit toutes ces promesses.

Dès les premières pages, j’ai été percuté aussi rapidement qu’une balle sortant du canon d’une arme. Ingrid Desjours m’a touché et scotché à son roman en dépeignant une réalité qu’on aimerait pouvoir ignorer. J’ai eu l’impression de vivre le thriller de l’intérieur tant les émotions humaines ont tout du réel.

Haiko, surnommée le phénix par sa famille, est présidente d’une association venant en aide aux adolescents radicalisés qui veulent partir faire le djihad en Syrie. Cependant, cette organisation dérange tant en France qu’à l’étranger. C’est une femme à l’ambition accrue menacée de toute part. Sa mère, grande journaliste télé, engage des gardes du corps pour assurer sa protection.
Cette héroïne à la tête brulée est forte et courageuse. J’ai aimé l’apprécier mais j’ai également aimé la détester. Ses opposants veulent sa mort médiatique, politique et sa vie. Tout est fait pour la discréditer.
Et Ingrid Desjours est très douée pour semer la confusion dans nos esprits, je ne savais plus qui croire.

Je n’étais pas la seule dans ce cas là puisque je me suis retrouvée dans la même situation que d’autres personnages dans le roman. C’est le cas de Lars, le plus fervant des gardes du corps de Haiko. Il admire plus que nécessaire cette femme mais un évènement va tout faire basculer et les fauves vont se réveiller. Les fauves veulent la justice et le sang. Lars est un ancien militaire traumatisé par la guerre d’Afghanistan.

Catholique ou musulman, la radicalisation est partout. Elle n’a pas de frontière et ne se borne pas à un seul coté. Leduc en est le parfait exemple. Il pousse des jeunes catholiques à partir en guerre contre Daesh. Ingrid Desjours ne s’embarrasse pas du politiquement correct. Les sujets polémiques sont abordés sans fard.

La tension est omniprésente et ne fait que prendre toujours un peu plus d’ampleur. Ce thriller est passionnant et des plus stressant. Mon cerveau complètement retourné, j’ai été victime d’une insomnie dû au fait que le récit fait écho de façon troublante à l’actualité.

Le grand point fort de ce roman ce sont les personnages qui ne sont pas manichéens. Qui est le méchant? Qui est le gentil? Aucun, ils sont simplement humains. Et avec cette caractéristique vient les défauts.

Il est impossible de lâcher le livre comme Lars je voulais ma dose, je voulais connaitre la suite et savoir si les personnages s’en sortiraient. Mais l’auteure n’avait pas la volonté de donner une fin heureuse aux héros. D’ailleurs, elle n’aurait eu aucun sens. La réalité est là, elle frappe, elle touche mais surtout elle ne fait pas de cadeau car elle est brutale.

La bête noire est née et si le reste de le collection est à l’image de ce roman, elle ne nous laissera aucun repos.

Cliquez sur l’image!

masse-critique-babelio

Notes Coup de coeur


2 réflexions sur “Les Fauves de Ingrid Desjours – La bête est née!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s