Prince captif, Tome 1 : L’Esclave de C.S. Pacat – Une bonne entrée en matière

Collection Milady - Année 2015 316 pages
Collection Milady – Année 2015
316 pages

L’esclave était l’une des sorties les plus attendues chez Milady ce printemps. Et il a bénéficié d’une sortie promotionnelle grandiose puisqu’on a le pu voir arriver chez les youtubeurs enrubanné de raphia noir et doré. De quoi attiré l’attention!
Au départ, j’étais assez frileuse sans trop savoir pourquoi. Je suis pourtant une adepte des romances M/M depuis que je suis adolescente puisque lorsque je lisais de la fanfiction potterienne, c’est le couple Draco/Harry qui m’intéressait le plus. J’avais surement peur de sortir de ma zone de confort.

Le Week-end à 1000 était une bonne occasion pour découvrir ce premier tome.

Damen est un héros pour son peuple et le légitime héritier du trône d’Akielos. Mais lorsque son demi-frère s empare du pouvoir, Damen est capturé, dépouillé de son identité et offert comme esclave au prince d’un royaume ennemi.
Beau, manipulateur et létal, son nouveau maître, le prince Laurent, incarne ce qui se fait de pire à la cour de Vere. Mais dans la toile mortelle de la politique Vérétienne, les apparences sont trompeuses, et lorsque Damen se retrouve pris dans un jeu de pouvoir pour le trône, il doit s’allier à Laurent afin de survivre et sauver son royaume.
Sans jamais oublier une règle vitale : cacher sa véritable identité à tout prix. Car l’homme dont il a besoin est celui qui a le plus de raisons de le haïr…

J’ai donc commencé ma lecture quelques heures avant l’échéance du challenge. Les pages ont défilé sans que je m’en rende véritablement compte, ce qui était plutôt inattendu car Milady vend cette saga comme étant une saga de fantasy. Et pour bien comprendre ce genre là, il faut généralement passer plusieurs chapitres difficiles avant d’être transporté dans l’univers.
CS Pacat nous plonge dans l’univers fantastique du Moyen-Orient. Le frère de Damen s’empare du pouvoir et donne Damen en cadeau au prince héritier de Vere, pays ennemi, dans l’espoir de pouvoir régner sur Akielos sans encombre. Commence alors pour Damen un long supplice.
Paradoxalement, je ne savais pas vraiment si j’accrochais à l’histoire.
Le début du roman est centré sur le voyage non désiré du prince d’Akielos au nom peu commun de Damen. C’est d’ailleurs une des choses que j’ai apprécié dans cet univers. Les personnages ont tous des noms avec une consonance grecque/mythologique, ce qui aide au dépaysement.
Damen est un prince qui est habitué à être respecté alors lorsqu’il subit punition sur punition, il essaye de se rebeller. C’est un personnage qui a tout pour dominer le récit et même si c’est par ses yeux que l’on découvre l’histoire, j’avais l’impression qu’il restait en retrait. Son caractère naïf ne l’aide en rien.
Laurent est un personnage très mystérieux et froid. Il est manipulateur, calculateur et pourtant il ne peut échapper au complot qui se déroule sous ses yeux. C’est lui a retenu toute mon attention car il a toute les qualités de l’anti-héros. Et ce n’est qu’à la toute fin du premier tome qu’il ne commence qu’à se révéler ses véritables couleurs.
Pour soumettre à son contrôle Damen, il va lui faire subir punition et humiliation dictées par les moeurs du pays. J’avais d’ailleurs la drôle d’impression que Laurent utilisait plus le fouet que Christian Grey. Et au début, je me demandais littéralement où j’étais tombée, mais la curiosité m’a retenu.
Puis plus ma lecture avançait et plus j’étais captivée par l’univers fantasy développé par l’auteure. Il faut dire que les us et coutumes du royaume sont extraordinaires et peu commune. Dans un sens, cela m’a rappelé Games of thrones qui ne s’embarrasse pas du politiquement correct et n’hésite pas à choquer le lecteur.
Les chapitres s’enchaînaient sans que je n’y prenne garde et, déjà je me retrouvais à la fin du premier tome. Je comprends mieux pourquoi le tome 1 et 2 sont sortis le même jour. Je pense sincèrement que les deux tomes sont indissociables et qu’ils auraient pu former un seul et même livre.
En conséquence j’ai déjà l’envie de commencer le tome 2 sans perdre de temps.
Notes Un bon moment de lecture
Publicités

3 réflexions sur “Prince captif, Tome 1 : L’Esclave de C.S. Pacat – Une bonne entrée en matière

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s