Cendrillon – Une plongée dans l’enfance

Film de Kenneth Branagh - Aventure, drame, famille -  1 h 52 min - 2015
Film de Kenneth Branagh – Aventure, drame, famille – 1 h 52 min – 2015

Depuis sa sortie au cinéma, j’avais très envie de voir cette nouvelle adaptation de Cendrillon mais j’en avais pas eu l’occasion. Surtout que j’adore la précédente adaptation avec Drew Barrymore « A tout jamais : une histoire de cendrillon ».
Et puis un dimanche soir où je n’avais pas du tout le moral, je suis tombée sur Cendrillon et c’était le film parfait pour me faire penser à autre chose.

Le père d’Ella, un marchand, s’est remarié après la mort tragique de la mère de la jeune fille. Pour l’amour de son père, Ella accueille à bras ouverts sa nouvelle belle-mère et les filles de celle-ci, Anastasie et Javotte. Mais lorsque le père d’Ella meurt à son tour, la jeune fille se retrouve à la merci de sa nouvelle famille, jalouse et cruelle. Les trois méchantes femmes font d’elle leur servante, et la surnomment avec mépris Cendrillon parce qu’elle est toujours couverte de cendres. Pourtant, malgré la cruauté dont elle est victime, Ella est déterminée à respecter la promesse faite à sa mère avant de mourir : elle sera courageuse et bonne. Elle ne se laissera aller ni au désespoir, ni au mépris envers ceux qui la maltraitent. Un jour, Ella rencontre un beau jeune homme dans la forêt. Ignorant qu’il s’agit d’un prince, elle le croit employé au palais. Ella a le sentiment d’avoir trouvé l’âme soeur. Une lueur d’espoir brûle dans son coeur, car toutes les jeunes filles du pays ont été invitées à assister à un bal au palais. Espérant y rencontrer à nouveau le charmant Kit, Ella attend avec impatience de se rendre à la fête. Hélas, sa belle-mère lui défend d’y assister et réduit sa robe en pièces… Pendant ce temps, le Grand Duc complote avec la méchante belle-mère pour empêcher le Prince de retrouver celle qu’il aime… Heureusement, comme dans tout bon conte de fées, la chance finira par sourire à Ella : une vieille mendiante fait son apparition, et à l’aide d’une citrouille et de quelques souris, elle va changer le destin de la jeune fille…

Kenneth Branagh est un acteur que j’apprécie beaucoup notamment dans son rôle de Gilderoy Lockhart dans Harry Potter mais je ne le connaissais pas en tant que réalisateur. Et on peut dire que ce Monsieur sait de quoi il parle! Il s’est totalement approprié l’univers de Disney pour nous livrer une nouvelle version du conte de fée de Cendrillon, très similaire au dessin animé et en même temps avec assez de nouveaux détails pour entretenir notre curiosité.

Cette adaptation se révèle beaucoup moins naïve que le dessin animé. Les souris et le chat sont relégués à l’arrière plan et ne servent finalement qu’à permettre à Ella de revêtir la parfaite panoplie de la princesse offerte par sa marraine la fée. Les chansons complètement niaises ont été supprimé. En conséquence, le réalisateur livre un film initiatique et plus politique.
Les scènes clefs s’enchainent à un rythme affolant qui ne laisse pas le temps au spectateur de s’ennuyer. A cela s’ajoute quelques scènes palpitantes notamment avec l’échappée de Cendrillon aux douze coups de minuit.

Kenneth Branagh m’en a mis plein les yeux à chaque scène tant les lumières, les couleurs, les décors et costumes amplifient la magie du conte.

Cependant, les acteurs ne sont pas en reste et Cate Blanchett est absolument formidable dans le rôle de la méchante marâtre. Cette actrice excelle dans les rôles de femmes froides – comme par exemple Dame Galadriel.
Lily James, une actrice que je ne connaissais absolument pas avant de regarder le film est très convaincante dans le rôle de Cendrillon. Elle joue d’ailleurs dans Downton Abbey que j’ai encore plus envie de découvrir. Je pense qu’un petit tour sur Netflix va bientôt s’imposer.
Richard Madden que je connaissais au travers de son rôle de Rob Stark dans Game of Thrones, a tout de l’allure d’un prince même si pour moi il restera à jamais mon très cher Rob.
Sans oublier l’inimitable Helena Bonham Carter qui est absolument parfaite dans le rôle de la marraine, et pour une fois elle est juste magnifique. Seulement enlaidie quelques secondes afin de faire passer un test à Cendrillon.

Alors si comme moi vous n’avez pas le moral et que vous souhaitez avoir un sourire niais collé au visage, je vous conseille fortement de visionner Cendrillon de Kenneth Branagh.
A tous les réfractaires à Disney et au conte de Cendrillon, je vous conseille de passer votre chemin!

Publicités

16 réflexions sur “Cendrillon – Une plongée dans l’enfance

  1. Franchement j’ai été surprise d’aimer autant ce film étant donné que le dessin animé m’a pas mal tapé sur les nerfs quand je l’ai revu adulte. Les personnages sont plus nuancés, mieux travaillés et puis soyons honnêtes : ce film est de toute beauté !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s