Autant en emporte le vent de Margaret Mitchell – Rhett Butler, une rencontre inoubliable!

Editions Gallimard - Année 1939 1232 pages
Editions Gallimard – Année 1939
1232 pages

En peu d’article sur le blog, j’ai réussi à vous parler à plusieurs reprise de ma passion pour « Orgueil et préjugés » de Jane Austen et de mon amour pour Mr Darcy! Mais il faut savoir que dans mon petit monde – imaginaire – , il n’existe pas que ce roman. Je voue également une passion déraisonnée à Margaret Mitchell et sa fabuleuse épopée historique « Autant en emporte le vent ».
J’ai littéralement fondue devant le charismatique Rhett Butler – quelle fille y résisterait! 

Il était donc inimaginable, pour moi, de ne pas vous parler de cette grandiose histoire – non, je n’en fait pas trop…

En Georgie, en 1861, Scarlett O’Hara est une jeune femme fière et volontaire de la haute société sudiste. Courtisée par tous les bons partis du pays, elle n’a d’yeux que pour Ashley Wilkes malgré ses fiançailles avec sa douce et timide cousine, Melanie Hamilton. Scarlett est pourtant bien décidée à le faire changer d’avis, mais à la réception des Douze Chênes c’est du cynique Rhett Butler qu’elle retient l’attention. C’est alors que la guerre de Sécession éclate bouleversant leurs vies à jamais…

Je suppose qu’il est inutile de tergiverser sur le récit puisque tout le monde doit, au moins en avoir déjà entendu parler, ou au moins peut-être vu le film avec la belle mais surtout bipolaire Vivien Leigh et le ténébreux Clark Gable. Pour la petite anecdote, « Autant en emporte le vent » a remporté 8 oscars en 1939 et c’est l’un des plus gros succès financier de l’historie du cinéma.

Les personnages sont irrésistibles et ils sont en définitifs très modernes. Surtout pour Scarlett qui n’est vraiment pas née à la bonne période car elle est plus qu’indépendante et féministe. Très courageuse, sans elle, peu de sa famille ou de ses amis auraient vraiment survécus. C’est une héroïne avec un grand « H » et j’en ai rarement vu de si charismatique. Elle est parfois très agaçante et parait très égoïste mais je pense que c’est le contexte de la guerre qui l’a rendu comme ça. Après tout, elle n’avait que 16 ans – si mes souvenirs sont bons – lorsque la guerre a été déclaré et qu’elle se préparait à devenir une dame. Encore femme-enfant, son passe temps favoris était de faire tourner la tête de tous les hommes à la ronde malheureusement la guerre de sécession ne lui a pas permis de vivre pleinement sa jeunesse. La seule manière de s’en sortir et de survivre pour une femme à cette époque et avec ce niveau éducation était de faire un bon mariage. Et c’est ce qu’elle va faire à trois reprises pour assurer sa subsistance. Jamais amoureuse de ses maris, le mariage l’a rend aigri et capricieuse. Le seul homme qu’elle est jamais aimée, n’est autre que Rhett qu’elle va finir perdre à cause de son entêtement.

Quant à Rhett… que dire à part que je suis en admiration devant cette homme non exempt de défaut. Il est sexy – enfin je l’ai toujours imaginé comme ça. Il est l’élégance même! Je peux continuer comme ça longtemps car il est aussi ténébreux, mystérieux et courageux. Et surtout il se moque de ce que pense la bonne société. En bref, j’en suis tombée amoureuse à l’adolescence et je le suis toujours à l’heure actuelle.

L’auteure n’a pas oublié les personnages secondaires qui donnent du relief à l’histoire et c’est bien normal puisque cette saga historique se déroule sur plusieurs années. Les personnages qu’on a rencontré à la campagne près de  Tara, nous les retrouvons ensuite, tous réfugiés dans la ville d’Atlanta.

Le contexte historique est très bien retranscrit. Margaret Mitchell a fait un vrai effort de documentation. Ce livre n’est donc pas simplement une romance classique mais également un livre historique grâce auquel, j’ai pu apprendre beaucoup de choses et qui a fini par me convaincre à en apprendre plus sur la guerre de sécession. Ce livre a donc une portée totalement pédagogique. L’auteure aborde ainsi l’esclavagisme, les avantages et les inconvénients des plantations du Sud et surtout pourquoi la guerre a été déclenché.

A mon avis, il est impossible de s’ennuyer pendant la lecture du livre. Le récit est alimenté tout du long par des rebondissements et des faits historiques intéressants qu’il serait dommage de s’en privé.

Je crois n’avoir jamais autant pleuré pour un livre. L’histoire m’a vraiment pris au tripe.
Lorsque j’ai fini pour la première fois le livre, j’étais complètement démoralisée. Comment l’auteure pouvait-elle me laisser aussi frustrée par cette « non » conclusion? Pour moi, c’était à l’image du tragique dénouement de Roméo et Juliette. Rien ne se termine bien mais il n’y aurait pas eu meilleure fin que celle-ci.

Vous l’aurez compris, je suis absolument fan de cette épopée. Et je n’ai qu’un conseil à donner, lisez-le!

Notes Coup de coeur

Publicités

2 réflexions sur “Autant en emporte le vent de Margaret Mitchell – Rhett Butler, une rencontre inoubliable!

    1. Pour moi c’est un livre à ne pas manquer! Il est tellement plus riche que le film mais c’est obligatoire au vue du nombre de pages conséquent!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s